Ladylike Lily

Ladylike Lilly, c’est la chanteuse qui m’a donné l’idée d’écrire ce site. Je l’ai découverte quand elle était toute petite. Elle peinait à trouver des vrais concerts. Elle avait un peu tourné en chanson française dans le groupe La Veuve blanche.
Elle s’appelait Orianne Marsilli (en vrai elle s’appelle toujours comme ça 🙂 ) J’aimais bien mais elle n’avait pas vraiment percé. Avec ce projet en anglais, tremplins régionaux, jeunes charrues, quelques jolis clips et beaucoup de travail vocal et de coaching et ça a décollé fort.
C’est un bon exemple d’une jeune chanteuse qui va dans le bon sens et qui s’interroge sur elle-même, et ça marche !
C’est aussi un bon exemple de réussite des mécanismes d’aide au développement des artistes, surtout dans la réalisation de vidéos qui sont vitales aujourd’hui dans le monde du spectacle.

Tout doux et enfantin. Maintenant c’est plus mûr, surtout en présence sur scène, mais elle garde cette voix au croisement de la nouvelle scène française et de la nouvelle folk américaine. Je te laisse chercher pour ne pas mettre plein de vidéos sur la page.
Techniquement c’est larynx haut et voix nasalisée. Je t’expliquerai peut-être comment on fait plus tard si tu es sage. Et puis surtout au niveau style c’est beaucoup d’honnêteté. Ca veut dire qu’il faut t’enlever de la tête l’idée d’utiliser une technique pour obtenir une réaction du public. Il aura une réaction parce que tu le laisses libre de réagir ou pas. On dirait qu’Oriane a compris ça.

Après c’est l’EP en avril 2011 qui a bien marché, au moins 3000 ventes à ma connaissance, le printemps de Bourges, les Vieilles Charrues, et plein de concerts.
Pour essayer de percer le personnage, elle a fait pas mal d’interviews où elle explique bien sa démarche. Ici elle explique pourquoi elle est passée en chant solo. C’est un conseil important. On imagine que devenir artiste c’est s’entourer de plein de bons musiciens et monter un super-show. Mais à la base si tu te plantes seule devant un public tu peux tout donner et tout lui demander en échange.

En tout cas c’est un bon choix pour Ladylike Lilly. Pour les autres on ne sait pas vraiment. Le premier album ne va pas tarder à sortir. Pour ce printemps je crois.
Après ? Je me demande comment elle va évoluer vers une voix mure. Il va falloir qu’elle sorte un jour de son image de poupée en sucre, et qu’elle montre la femme qu’elle cache derrière. Elle a toute la créativité artistique et la compétence technique pour que ce soit intéressant. J’espère qu’elle ne perdra pas son public dans la mutation.